Groupe de parole
Groupe de parole

Groupe de parole à Toulouse sur l'addiction au porno

Depuis mars 2019, Sylvain Guigni organise un groupe de parole pour les dépendants à la pornographie à Toulouse.

L'objectif est d'aider les dépendants à sortir de l'addiction, en partageant leur sevrage avec d'autres personnes dans la même situation.

Sylvain Guigni a été formé à l'écoute empathique, au sein de l'association Astree où il est bénévole.

Photo Sylvain guigni

Il utilise l'approche de la thérapie Acceptation et engagement (ACT) qui prone l’acceptation de ce que nous ne pouvons pas contrôler et de s’engager à passer à l’action qui enrichisse notre vie.

Sylvain Guigni met à disposition l'application de la thérapie ACT pour sortir de l'addiction à la pornographie.

Depuis décembre 2018, il intervient régulièrement sur le forum pornodependance sous le pseudo Rasmu, pour aider les dépendants à mieux gérer leurs situations à risque, ainsi que d'autres domaines autour de l'addiction (estime de soi, affirmation de soi, découverte autre sexualité, travailleur sur les valeurs puis poser des objectifs et passer à l'action, etc...).

Le groupe de parole n'est pas une alternative à un suivi individuel, c'est une aide supplémentaire.

Il est très important d'être accompagné individuellement pour sortir d'une addiction.

L'environnement du groupe de parole permet de se sentir compris, non jugé et de développer de l'auto-compassion en cotoyant d'autres personnes dans la même situation.

Enfin, le groupe de parole est un lieu où le sujet abordé concerne l'addiction à la pornographie : s'il y a d'autres problématiques qui surgissent, il vous sera conseillé d'en parler à un psychologue ou un psychiatre.

Chaque séance se déroule ainsi :

Une séance de groupe dure 1h.

Le nombre maximum de personnes est de 6 (moi compris) et le groupe est gratuit.

Les séances se déroulent 1 fois par semaine le mercredi à 19h, à Toulouse.

Le lieu sera communiqué après une conversation téléphonique préalable.

Prochaine réunion : mercredi 19/02 à 19h.

Contactez-moi pour assister au groupe de parole
Photo Sylvain guigni
page separator

Témoignages de participants au groupe

Yohan, 30 ans (août 2019)

1. Pourquoi avez-vous fait la démarche d'assister à ce groupe de parole ?

Je suis venu à ce groupe de parole suite à plusieurs circonstances.

La première est la rencontre de Sylvain (qui organise ce groupe de parole) lors d'un festival d'éducation populaire sur la sexualité à l'espace Job de Toulouse.

Sa prise de parole a suscité ma curiosité et un sentiment de confiance.

S'en est suivie une discussion avec ma thérapeute en TCC qui m'a conseillé d'aller à ce groupe de parole dont m'avait parlé Sylvain.

Elle m'a dit que cela pourrait me faire du bien et être complémentaire. Enfin, n'ayant jamais fait de groupe de parole avant cela, j'étais bien intrigué.

2. La première séance a-t-elle été difficile pour vous, comment avez-vous été accueilli ?

La première séance était « impressionnante » dans le sens où je suis très timide et socialement dépassé quand je dois parler à plus que 1 personne.

Cependant, j'ai pu écouter les autres parler et à un moment donné me lancer. Cela s'est très bien passé et je suis content de l'avoir fait.

Cela a été comme une libération d'en parler à des inconnus de but en blanc de quelque chose d'aussi intime sans aucune connivence avec eux.

J'ai été très bien accueilli, écouté, et pas du tout jugé par le groupe. Je me suis senti assez rapidement à l'aise et dans la compréhension des codes qui régissent le groupe de parole. Codes très basiques et respectueux.

3. Quels bienfaits vous apporte le groupe de parole ?

Le groupe de parole, et c'est peut-être bête à dire, m'apporte du soulagement de voir « des personnes comme moi ».

Je mets entre guillemets car ils ne sont pas comme moi évidement mais le fait de pouvoir se retrouver et se comparer sur certains endroits et très éclairant pour soi-même.

Cela me permet de me voir de l'extérieur en écoutant les autres.

Je peux aussi dire ce que j'ai sur le coeur et voir comment c'est interprété pour aussi mieux comprendre ce que j'ai dans la tête.

C'est un travail collectif de débroussaillage.

4. Le groupe vous a-t-il aidé dans un autre domaine que celui de votre addiction ?

Par le travail sur l'addiction, les discussions, nous touchons forcément à d'autres sujets voir tous les domaines de la vie (travail, concentration, dynamisme et état d'esprit, vie familiale et/ou conjugale...).

Bref, indirectement et sans forcément que ce soit conscient car les discussions n'empiètent pas sur les autres terrains de la vie intime mais la réflexion engagée permet une application plus large que sur la simple addiction.

5. Etes-vous satisfait du groupe et le recommanderiez à une personne qui souffre de cette addiction ?

Je le recommanderai pour dédramatiser son addiction. Comme je l'ai dit, cela permet de voir des personnes comme soi. Des personnes qui sont plus abouties que soi dans cette démarche, d'autres qui sont beaucoup plus dépendantes.

Cela permet de se situer dans un premier temps, de se localiser pour ensuite savoir quel chemin faire ! Le chemin n'est peut-être pas entièrement faisable en groupe de parole.

Il faut un travail sur soi-même seul ou en thérapie en complément je pense mais c'est un bon stimulant.

page separator

Pour les personnes désirant un accompagnement individuel, prenez contact avec un professionnel de l'addiction.